16 mars 2013

NOTES SUR LE SONNET LA CLOCHE FÊLEE DE BAUDELAIRE

NOTES SUR LE SONNET LA CLOCHE FÊLEE DE BAUDELAIRE "Bruits étranges, gémissements, éclats de rire, cris lointains auxquels d'autres cris semblent répondre."(Hector Berlioz, Symphonie fantastique, "Programme de l'oeuvre", 1832) Le sonnet La Cloche fêlée est une illustration de l'art baudelairien des sons. Les allitérations, les assonances, les échos internes permettent au poète de légitimer une comparaison entre ce qu'il appelle son "âme" et l'agonie d'un soldat blessé. Le texte commence d'abord par l'évocation d'un tableau... [Lire la suite]

19 février 2013

Y A POURTANT PAS D'QUOI RIRE

Y A POURTANT PAS D'QUOI RIRE En feuilletant "Seul dans la splendeur", poèmes de John Keats, traduits par Robert Davreu, Points n°P2099, édition bilingue, pp.90-105. Les citations figurent entre guillemets. "You cannot eat your cake and have it too"(proverbe cité par John Keats, cf le poème "On Fame (II)") "On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre."(Equivalence proposée par Robert Davreu) 1."Why did I laugh ? I know this being's lease" C'est risible en effet ; on vit comme si on n'allait pas de sitôt partir, et crack !... [Lire la suite]
16 février 2013

DES BEAUTES AUX REGARDS PLUS PROFONDS

DES BEAUTES AUX REGARDS PLUS PROFONDS En feuilletant "Seul dans la splendeur", poèmes de John Keats, traduits par Robert Davreu, Points n°P2099, édition bilingue, pp.41-59. Les citations figurent entre guillemets. "When I have fears that I may cease to be"(John Keats) "Lorsque me vient la peur de pouvoir cesser d'être"(Traduction : Robert Davreu) 1."Yet do I often warmly burn to seeBeauties of deeper glance, and hear their singing,And float with them about the summer waters." Les beautés d'une beauté plus profonde, d'un plus... [Lire la suite]
19 janvier 2013

TOUJOURS LE TEMPS ET JAMAIS LE TEMPS

TOUJOURS LE TEMPS ET JAMAIS LE TEMPSFantaisies à propos de quelques citations tirées du recueil Les Complaintes de Jules Laforgue. Elles figurent ici, les citations, entre guillemets et/ou en italiques. 1."Par le lycée en vacances, sous les préaux !"(Complainte de la fin des journées) Exemple d'ontologie appliquée à la vie quotidienne : qu'est-ce qu'un lycée en vacances ? Un lycée vide aux préaux vides. Vidé de ses lycéens, l'être du lycée devient étrangement palpable. Ombre sans personne, énigme, fenêtre sans mur, langue étrangère.... [Lire la suite]
24 décembre 2012

TOUT DEPEND DU CLOWN

TOUT DEPEND DU CLOWNEn lisant Le Forgeron, d'Arthur Rimbaud, citations entre guillemets. 1.Dans les premiers vers du poème Le Forgeron, il y a que le gars au "marteau gigantesque" s'adresse au roi Louis Seize et "Lui disait de vieux mots et des choses si drôles"C'est que nos parlers ne sont pas synchrones, et que le français du Roi n'est pas le français des forges. 2. Je me demande si dans une même langue des parlers différents peuvent être considérés comme étant en adéquation. Les argots notamment ne proposent-ils pas au français... [Lire la suite]
12 septembre 2012

J'PREFERE JONGLER

J'PREFERE JONGLER "Dans la maison du vigneron les femmes cousentLenchen remplis le poêle et mets l'eau du caféDessus - Le chat s'étire après s'être chauffé- Gertrude et son voisin Martin enfin s'épousent"(Apollinaire, Alcools, "Les Femmes", 1ère strophe) 1."maison",c'est de l'espace occupé, de l'intérieur, ça appelle le complément de nom rapport à ce que la maison est soit à personne, soit à quelqu'un... ici, c'est "la maison du vigneron"... remarquez que ça peut être un lieu dit : "la maison du vigneron" comme on dit "la maison du... [Lire la suite]

09 juillet 2012

DE QUOI VOUS TROUBLER

DE QUOI VOUS TROUBLER Note sur L'Ecluse n°1 de Georges Simenon, Presses Pocket n°1353. Simenon toujours m'épate... Entendu à la radio Pierre Assouline dire, qu'au contraire de pas mal d'autres, un roman de Simenon, on ne savait pas comment il faisait, comment ça ce faisait... Déjà, Simenon, c'est du pas mal désossé... pas de fioritures, pas de joli (ou presque pas), pas de digressions sur l'art subtil du piano, le charme discret des quatuors à cordes, les vacances en Andalousie, le dernier film de Machin... pas d'expansions... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 juillet 2012

POUR PARLER FRANC

POUR PARLER FRANC "Pour parler franc, là entre nous, je finis encore plus mal que j'aicommencé..." la première phrase àcette autre féerie noire à ce fou- je dis féerie noire c'est qu'dugénial atroce Céline de l'avec maPomme Moi le Déluge la mort de la Belle littérature du cadeau-roman De l'étudiable au collège & qu'onSe demande pourquoi lire & relireCe hacheur de phrases ce tueur deSentiments ce dépeceur de muses &Egorgeur d'infini chair à guignolEt méchant c'est que la langue deCes tours qu'elle nous joue c'estQue les... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 juin 2012

ECRIRE BRÛLER

ECRIRE BRÛLER En feuilletant Comme Maupassant, de Philippe Bonnefis, collection « Objet », Presses Universitaires de Lille, 1981. 1. «le temps clos de la répétition» (Bonnefis, p.67) Belle définition de la synchronie, de l’enfermement dans la synchronie. 2. L’enfermement dans la synchronie, dans «le temps clos de la répétition», voilà le piège tendu par le miroir, par le livre, par l’être fascinant. 3. La méfiance envers les livres peut se comprendre par la crainte de sombrer dans la nostalgie de ce qui n’a jamais existé. Le passé... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 juin 2012

A DEFAUT D'AUTRE CHOSE

A DEFAUT D’AUTRE CHOSEEn feuilletant Comme Maupassant, de Philippe Bonnefis, collection « Objet », Presses Universitaires de Lille, 1981. 1. «Dans ces conditions, il était inévitable que Maupassant se donne  la facilité d’énoncer tout jugement d’existence en termes de ressemblance » (Bonnefis, Comme Maupassant, p.57)Homo blablatus, l’humain… celui pour qui il est facile d’énoncer, de juger, de condamner… c’est pour ça qu’il a besoin des autres, ces coupables, ces condamnables… Ils le jugent bien, eux… Ils le... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,