29 septembre 2013

ET CETTE NOBLESSE D'ACTEUR

ET CETTE NOBLESSE D'ACTEUR 1.Selon Pascal Quignard citant Tchouang-tseu, "à quoi donc l'homme s'imagine qu'il ressemble ?" Je ne sais si les animaux ont cette faculté de s'imaginer autrement qu'ils sont. Les humains ont ce ridicule, et cette noblesse d'acteur. 2.Selon Pascal Quignard, que sont les bêtes "avant même d'êtres désirantes" ? De purs fantasmes. Puis elles dévorent. De même, les autres sont des rêves d'autres, avant qu'ils referment sur vous la puissance de leurs mâchoires, le cercle de leurs mots, la providence de leur... [Lire la suite]
29 septembre 2012

ACHEVER LE SOUDAIN

ACHEVER LE SOUDAIN Il y a un passage dans un livre de Pascal Quignard qui a pour titre Passage de l'impensable.Le livre, c'est Abîmes.Tombe-t-on sur un livre par hasard ?Les livres, comme toute chose, ne sont-ils que hasard et ne prennent-ils sens que dans une succession de hasards, de coups de dés ?Ou alors :Les livres, comme toute chose, sont-ils des accomplissements ?Le hasard, c'est de l'accomplissement s'accomplissant.Dans ce passage, "passage de l'impensable", il y a des mots grecs : "poros" (que Quignard traduit par... [Lire la suite]

10 juin 2012

DERNIER REGARD

DERNIER REGARD "Dans les vallées de la Clidame et de la Tialle on appelait "dernier adieu" un regard." (Pascal Quignard, Les Ombres errantes, folio n°4078, p.99) De la profondeur dans ce regard vu comme un "dernier adieu". Nous sommes une infinité de masques, uniques et successifs. Dans chacun de ces masques, un regard, de sorte que chacun de nos regards est le premier et le dernier que nous portons sur ce que nous choisissons de voir. Nous ne cessons de dire adieu, et ce que nous revoyons n'est semblable qu'en apparence. ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 avril 2012

FEROCE LOGOS

FEROCE LOGOS 1. Pascal Quignard note dans Les Ombres errantes (folio n°4078, p.96) que "l'ouverture des camps de concentration et d'extermination que l'Allemagne avait édifiés" n'a pas empêché que "la férocité multiplia son visage". Degrés divers, couleurs variables, mais la racine ne change pas : la conscience cherche à contrôler la conscience, jusqu'au meurtre. 2. Le fait que la conscience cherche à contrôler la conscience relève-t-il de la seule économie ou, au-delà du problème de la rareté naturelle, l'économie n'est-elle qu'un... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2012

PRESENT EXISTENTIEL

PRESENT EXISTENTIEL 1. En lisant Pascal Quignard, je notai ceci autrefois que je tire sans doute des Ombres errantes : "... pour être roi / que le royaume...". Examinons ceci que nous avons parfois ce sentiment que pour être roi, il ne nous manque que le royaume. Ce qui peut se dire aussi de la façon suivante : ne nous manquerait-il que le royaume, nous n'en serions pas moins. L'humain est ce qui se pense mériter. Pour se rappeler à sa condition et se consoler de tant de morts misérables, il a donc inventé Dieu et les bouffons. 2.... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2012

QUE D'LA CABOCHE A CINOCHE

QUE D'LA CABOCHE A CINOCHE 1. "nous ne sommes que des images infidèles" (Pascal Quignard, Les Ombres errantes, folio n°4078 , p.21) En ce sens que nous ne correspondons jamais à l'image que les autres se font de nous et à laquelle ils se fient trop souvent, nos êtres virtuels qui flottent dans les consciences sont les fantômes infidèles de nos carcasses hantées. D'ailleurs, elle se floue, notre image, se ride, se vide, d'icône on devient légende, puis écho de plus en plus faible d'un coup d'épée dans l'eau. 2. "La fascination... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 06:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mars 2012

DE LA MACHINE ONTOLOGIQUE

DE LA MACHINE ONTOLOGIQUE 1. "l'ombre l'angle" (Pascal Quignard, Les Ombres errantes,folio n° 4078, p.165) Corne de rhinocéros, qui n'est pas dans la pièce, et qui, soudain jaillit de la trame de l'ombre pour embrocher le crédule. 2. Le cerveau est une machine aléatoire en ce sens qu'il ne réagit jamais tout à fait de la même façon, et qu'il n'emprunte jamais tout à fait les mêmes circuits neuronaux pour se saisir du réel. Certes, les différences d'une réaction à une autre peuvent être infinitésimales ; elles n'en sont pas moins le... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mars 2012

L'ÊTRE EST DANS LA RELATIVE

L'ÊTRE EST DANS LA RELATIVE 1. "L'univers est un tissu d'images qui sont illusoires." (Pascal Quignard, Les Ombres errantes, folio n°4078, p.73) Ce qui renvoie à l'étoffe des songes. De quand date cette défiance du réel ? Peut-être du moment où le langage s'est mis, comme l'araignée de la toile, à filer de la conscience réflexive ? Dès qu'il n'y a plus eu seulement oeil, mais regard. Tissons-nous ? Sommes-nous tissés ? Est-ce nous qui nous défions du réel, ou est-ce le réel qui de nous se défie ? Le complément du nom est ambigu.... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


  1