JE LES VOIS MOI ET JE ME DEMANDE

1.
Au hasard des pages, je tombe sur cette définitive : « Il est dangereux de jouer avec l'acide cyanhydrique… et tout le monde le sait ! ».

cf « Meurtre au champagne » d'Agatha Christie, adapté par Michel Le Houbie, p.109, Club des Masques n°20.

2.
Il est assez tentant de faire suivre l'adjectif « mystérieux » par cet autre adjectif : « sacré ». Surtout au féminin. Strange n'est-ce ?

3.
« Suspendue au-dessus de toi
Dans un hélicoptère
Un hélicoptère
Immobile »
(Serge Gainsbourg, « Hélicoptère »)

« Suspendue » youhou c'est moi la fille de l'air qu'elle doit se dire la fille là dans son hélicoptère (qu'ça fait du vent)

« Suspendue au-dessus de toi » qu'elle doit lui faire coucou avec sa main la fille là dans son hélicoptère (qu'ça fait du vent)

Même que l'hélicoptère est « immobile » qu'ça fait du vent quand même comme dans les films américains avec les soldats au Vietnam.

Dans la chanson « Hélicoptère », de Serge Gainsbourg, y a une fille dans un hélicoptère qui mate son mec (elle voit que lui) qui sait pas kéléla qu'à force de voir que lui elle en voit une autre.
Bien entendu, le fait qu'elle soit en hélicoptère lui permettra de s'envoler loin bien loin de l'aut' goujat là.

Petit je ne disais pas « hélicoptère » mais « ptit coptère » par opposition sans doute aux grands coptères mystérieux des conversations.

4.
« Que tu meures absous ou damné, - marmottait Scarbo cette nuit à mon oreille, - tu auras pour linceul une toile d'araignée, et j'ensevelirai l'araignée avec toi ! »
(Aloysius Bertrand, « Gaspard de la Nuit », « Scarbo »)

Une toile d'araignée pour le linceul, c'est pas très solide ; c'est pour ça qu'on ensevelit l'araignée avec, pour le service après-mort.

5.
Romans à écrire : « Meurtre au Scoubidou » (roman mystérieux avec chien) ; « Meurtre au Pom-pom-pi-dou » (roman avec Marilyn ou son sosie).

6.
« Marilou se fait des aéroplanes »
(Serge Gainsbourg, « Aéroplanes »)

Marilou se fait des mille-pattes puisqu'elle replie ses jambes longues et fines et  soudain sa langue jaillit et attrape des mille-pattes.

7.
Soudain le cœur de machin ne bat qu'un coup voyez-vous il n'a pas vécu longtemps  après cette unicité.

8.
Qui sait maintenant où elle est celle dont je regrette qu'elle soit là juste en face de moi avec une hache à la main et ses yeux fous.

9.
Le long des quais je me promène y a pas d'grands bateaux y a que le désert qui avance en agitant ses manches de sable.

10.
J'aime jouer du saxo quand j'écoute des disques de jazz où bien sûr quelque saxophoniste virtuose mais à quoi bon on s'est compris.

Je suppose que les gens s'agitent ainsi pour qu'on les imite, pour qu'on les mime, qu'on les pantomime, qu'on les fantômime.

11.
Pâle et rousse qu'on dirait la lune qui trottine ainsi dans la rue qu'Ernest le lunaire en est dit-on férocement illuné là dans l'coeur.  

12.
« Miss Ellen, versez-moi le Thé
Dans la belle tasse chinoise,
Où des poissons d'or cherchent noise
Au monstre rose épouvanté. »
(Théodore de Banville, « Le Thé »)

« Miss Ellen, versez-moi le Thé » dans ma tête de brute j'y ai des songes de sang qui s'y noisent s'y broissent bruissent froissent.

Que de belles tasses chinoises ! On ne sait laquelle casser ! Il faut casser n'est-ce pas ? Oui, ça arrivera de toute façon...

13.
« J'aime la folle cruauté
Des chimères qu'on apprivoise :
Miss Ellen, versez-moi le Thé
Dans la belle tasse chinoise. »
(Théodore de Banville, « Le Thé »)

« J'aime la folle cruauté des chimères » qu'on rassemble et qu'on se lance de caboche à château l'autre en citant du Baudelaire.

J'aime beaucoup ces sons : « Miss Ellen » cela vous donne immédiatement envie de composer une chanson des Beatles.

« Miss Ellen, versez-moi le Thé » dans mon théâtre bouillant ; les comédiens en auront l'accent anglais et de quoi monter une énigme policière.

Que de belles tasses chinoises ! On ne sait laquelle voler ! Il faut voler n'est-ce pas ? Oui, ça arrivera de toute façon…

14.
« Là, sous un ciel rouge irrité,
Une dame fière et sournoise
Montre en ses longs yeux de turquoise
L'extase et la naïveté :
Miss Ellen, versez-moi le Thé. »
(Théodore de Banville, « Le Thé »)

Le ciel est « rouge irrité » Ça ça veut dire qu'il se gratte (c'est-y qu'il aurait des puces?) Oh ça pourrait lui infecter tout l'crépuscule ça.

« Une dame fière et sournoise montre en ses longs yeux » toute la série des « Chapeau melon et bottes de cuir » elle n'est pas à ça près.

Vous qui avez de « longs yeux de turquoise », belle dame, je suis sûr que parfois vous cauchemardez qu'on cherche à vous les voler.

« L'extase et la naïveté » : encore des mots de religieuse affolée ça !

« Miss Ellen, versez-moi le Thé » dans mon attitude déconcertante ; je n'ai pas été sage ; j'ai mangé tous les cuivres, et quelques bois aussi.

15.
Je les vois moi là dans ma boîte à voir je les vois moi qui s'avancent en grandes masses statistiques et sociétales.

Je les vois moi là dans ma boîte à voir je les vois moi qui s'avancent en cohortes diplômées concurrentielles citoyennes enfarinées.

Je les vois moi là dans ma boîte à voir je les vois moi qui s'avancent en grands flux électeurs sondés dragués participatifs et contribuables.

Je les vois moi là dans ma boîte à voir je les vois moi qui s'avancent les humains frères reproductifs perspicaces automatisés dangereux.

16.
Je me demande si je me pardonne de quoi ça n'en vaut pas la peine d'en faire tout un plat que tout de même c'est révélateur comme tout.

Je me demande si je me pardonne le fait que tu aies décidé de me quitter.

17.
Je me méfie des odeurs et des parfums ils ont vite fait de vous renvoyer dans un autre monde.

A mon avis écrire une phrase comme « Smells Like Teen Spirit » ça pourrait dénoter du malaise dans l'vif conscient Ceci dit hein.

18.
On commence à entendre à la radio des gens évoquer que oui c'est vrai des machines font maintenant le travail à leur place.

Remarquez, les politiques, ça fait longtemps que ce ne sont plus leurs cerveaux qui pensent, mais le cerveau des grands financiers.

19.
Cette histoire de revenu minimum universel ne me dit rien qui vaille ; m'est avis que ça nous mettrait tous à la grand merci de l’État.

Patrice Houzeau
Hondeghem,  le 16 janvier 2017