13 octobre 2016

A D'ÉTRANGES VOLONTÉS

A D'ÉTRANGES VOLONTÉS   « Les heures et les puissances sont soumises ici à d'étranges volontés qui tour à tour imposent l'oubli et le souvenir. » (Jean Ray, « Malpertuis » [Lampernisse])   1. Dans le roman à un moment il touche une « pierre glacée » mais elle est « visqueuse » (c'est dégoûtant!) comme s'il y avait du vivant dedans.   2. Il y a aussi celui qui appelle la lumière comme s'il avait peur que les ténèbres le dévorent.   D'ailleurs parfois « une... [Lire la suite]

21 mars 2015

LE MASQUE LE COMEDIEN LE REVENANT

LE MASQUE LE COMEDIEN LE REVENANTEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677. 1.Le récit fantastique, une contamination de la diachronie par une multiplication de synchronies. Ce sont morts qui frappent. 2.Les synchronies fantastiques ; elles ont déjà tissé la toile dans laquelle la diachronie de notre réel se prend à son propre piège. 3.Le réel, une infinie partie de go où la diachronie heureuse et les synchronies dramatiques composent des territoires de plus en plus intriqués. 4.p.52.... [Lire la suite]
21 mars 2015

CE N'EST PAS PARCE QUE CES HISTOIRES SONT FAUSSES

CE N'EST PAS PARCE QUE CES HISTOIRES SONT FAUSSESEn lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677. 1.p.61. Lier le mot « angoisse » et le mot « être » est un lieu commun romanesque. Les romans pullulent d'êtres angoissés. Y aurait-il des angoisses qui ne trouvent pas leur roman ? 2.Je pense à l'être angoissé des romans ; le nom de Kafka me vient d'abord à l'esprit, puis la figure du Chevalier au Lion, Yvain, égaré. 3.p.88. Où il est question des « lisières du... [Lire la suite]
08 mars 2015

DE TOUT UN PEU PARFOIS

DE TOUT UN PEU PARFOIS 1. MA CONVULSION sur son blog COULEURS COURANTES compose des notes-poèmes érudits et d'une singulière beauté http://ch1ka2ya.blogspot.jp/ 2. « Je ne regretterai rien parce que j'ai déjà jeté mes regrets »(Ma Convulsion sur twitter) Moi non plus, je ne regretterai rien parce que j'ai déjà été mes regrets. 3.Et quand mon coeur s'arrêtera de battreEt quand mon coeur s'arrêteraEt quand mon coeur s'arrêtEt quand mon coeurEt quandQuand 4.« Don Salluste : Voleur, voleur, vous m'avez volé !... [Lire la suite]
06 mars 2015

RAG-TIME DE LA RIVIERE DE CASSIS I

RAG-TIME DE LA RIVIERE DE CASSIS I « La Rivière de Cassis roule ignorée            En des vaux étranges :La voix de cent corbeaux l'accompagne, vraie            Et bonne voix d'anges :Avec les grands mouvements des sapinaies            Quand plusieurs vents plongent. Tout roule avec des mystères... [Lire la suite]
06 mars 2015

BREF POURVU QU'ÇA DURE !

BREF POURVU QU'ÇA DURE ! 1.La politique, un guignol où le rôle du gendarme est d'empêcher que le public en vienne à casser les jolies marionnettes. 2.http://archimou.weebly.com/ Coloré, paradoxal, drôlement beau ! C'est ARCHIMOU ! Pourvu qu'ça dure ! 3.Serpent crocs gueule du dans l'herbe écailles i glisse le serpent in'rampe pas i glisse glisse glisse plein de légendes de reines mortes. 4.Noir jamais vraiment noir géométries colorées nuit lune abolie par les tuiles faces pâles livides circulant loin dans le... [Lire la suite]

25 janvier 2015

MES YEUX MES YEUX CROYEZ-MOI

MES YEUX MES YEUX CROYEZ-MOI 1.« Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne »(Baudelaire, « Parfum exotique ») Quand je m'ennuie des fois je jetteLes je par mon âme numéroDeux - qui n'existe pas plus que mon âme numéro un – MesYeux, mes yeux, croyez-moi ! - car j'y crois, moi, en ces cerclesFermés, ces masques cachés dans les masques, et qui s'exprimentEn une langue que vous ne comprenez pas, et qui enUn tour vous je passe dans leSoir je ramasse mes je défenestrés auChaud que je les remets dans... [Lire la suite]
13 décembre 2014

SHAKESPEARE, LE RIDEAU PARLE

SHAKESPEARE, LE RIDEAU PARLE   1.Shakespeare, "how green", qu'on s'extasie devant l'herbe grasse, la grasse grass, où j'les imagine, mes gracieuses passantes.   2.Parfois je pense à ces poètes russes sous le ciel sifflant, le noir, le blanc, le rouge et le vent qui va tous les emportant.   3.Shakespeare, celle qui ne se souvient pas de ses larmes et qui s'étonne que les ténèbres ne l'aient pas étranglée.   4.Shakespeare, des oreilles qui bourdonnent d'un "And that a strange one too", et les yeux qui... [Lire la suite]
23 octobre 2014

QUEL EST CET ETRANGE QUE JE N'Y ERRE QU'EN SONGE ?

1.Quel est cet étrange que je n'y erre qu'en songe ? 2.Des fois dans l'étrange de nos songes, les contes i sont tout troués, et les légendes perforées. 3.Eh bien quoi, j'attendais que tu retrouves toute ma mémoire... 4.Expressions baudelairiennes: "adorer quelqu'un à l'égal de la voûte nocturne";  "un vase de tristesse"; "une grande taciturne". 5.Je suppose que lorsque l'on "adore quelqu'un à l'égal de la voûte nocturne", on est tout prêt à lui voir des étoiles. 6.Je suppose que lorsque l'on "adore quelqu'un à l'égal de la... [Lire la suite]
21 octobre 2014

EN ECOUTANT LES AQUARELLES VENENEUSES

EN ECOUTANT LES AQUARELLES VENENEUSES 1.Les amours, c'est comme tout voué à la perte; et s'il n'en reste qu'une, ce ne sera  même pas celle-là; la mort interviendra. 2.Michel Leiris, dans son Journal, envisage de commenter "une phrase prise au hasard dans un livre choisi au hasard dans [sa] bibliothèque." C'est ça qu'il faut faire; le reste, c'est de l'université. 3."T'as vraiment l'air bien collé. Je vais chercher du secours."(Bertschy, "Nelson") 4.On se colle au réel façon toutou cocasse qui se colle la langue sur la... [Lire la suite]