DES BEAUTES AUX REGARDS PLUS PROFONDS

En feuilletant "Seul dans la splendeur", poèmes de John Keats, traduits par Robert Davreu, Points n°P2099, édition bilingue, pp.41-59. Les citations figurent entre guillemets.

"When I have fears that I may cease to be"
(John Keats)

"Lorsque me vient la peur de pouvoir cesser d'être"
(Traduction : Robert Davreu)

1.
"Yet do I often warmly burn to see
Beauties of deeper glance, and hear their singing,
And float with them about the summer waters."

Les beautés d'une beauté plus profonde, d'un plus sombre éclat, les beautés qui flanquent l'ardeur et le flottement, ce sont autant de sirènes du jour, de masques de nuit, qui cherchent à vous attirer derrière les rideaux de la pluie, d'où vous ne reviendrez pas.

2.
"The gradual sand that through an hour-glass runs"

Le temps, ce chevalier de sable qui, sur son cheval de sable, ne cesse de se décomposer, de se dissoudre, de s'évanouir et qui, pourtant, ne cesse de reformer sa figure de chevalier de sable qui, sur son cheval de sable, passe, court, vole, galope, de sorte que le temps semble jaillir de sa propre décomposition.

3.
"No crowd of nymphs soft voiced and young"

Ce qui prouve que le narrateur n'est pas halluciné.

4.
"It keeps eternal whisperings around
Desolate shores"

Une grande murmureuse, la mer, une sussureuse, une ressaseuse, une raconteuse sur tous les tons de la toujours même histoire.

5.
"In drear-nighted December"

Il faut le dire ça, que Décembre a de "lugubres nuits", que Décembre cherche les poumons pour y souffler froid dedans, pour faire pierre du coeur, pour fatiguer l'agitation humaine. Vision romantique des choses, le réel est plein d'intentions cachées.

6.
"But were there ever any
Writhed not of passed joy ?"

C'est du présent que nous retraçons le passé. L'actualisation est une transformation.

7.
"Give me new Phoenix wings to fly at my desire."

Je note qu'au contraire de la malédiction réincarnatrice orientale, l'Occident ne veut pas subir la croix tournoyante de l'éternel retour : il veut bien être Phoenix, mais volant à son grè.

8.
"When I have fears that I may cease to be"

La peur de la cessation d'être, pour l'éviter, on ne cesse pas de, non, on ne cesse pas de, et on perd son temps.

9.
"Since I was tangled in thy beauty's web"

Voilà qu'elle s'est entortillée à la toile de la beauté, la mouche, et fait cadavre dans la peinture, nature morte.

10.
"What strange powers / Hast thou, as a mere shadow !"

Avatars des ombres nous autres, marionnettes des ombres... ce sont elles qui pensent et qui agitent en nous leur main d'ombre.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 16 février 2013