02 mai 2014

NOTES EN MARGE DE LA FOLIE DE ROLAND DE MAX JACOB

NOTES EN MARGE DE LA FOLIE DE ROLAND, DE MAX JACOB. "Ce ne fut qu'au pays de Luneet sur les ailes d'un griffonqu'on lui apporta la raison."(Mac Jacob, "La Folie de Roland", Derniers poèmes, Poésie/Gallimard) Passé littéraire, épique ("roman de chevalerie").Conte ("raconte"): le  passé s'exprime par sa littérature; il peut donc dire vrai; il peut aussi mentir.Présent de narration, présent de vérité générale (ce roman ne peut conter que ce qu'il conte, la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a).Héros... [Lire la suite]

11 mars 2014

DES FOIS JE ME SENS DU CHIEN

DES FOIS JE ME SENS DU CHIEN 1.Tiré de Antonin Artaud: "être au niveau des objets et des choses"; "on le voit comme à"; "sur plusieurs plans et à plusieurs faces" (cf "L'Ombilic des limbes et autres textes", Poésie/Gallimard). 2."être au niveau des objets et des choses": Ce que cherche l'autre... de nous, ses choses... ses autres choses, dont il joue. 3.On le voit comme à rebours; on le voit comme à piano mort; on le voit comme à musique soudaine. 4.Parfois, les pianos ont l'air frappadingues mélancoliques, parfois. 5.Impossible... [Lire la suite]
24 décembre 2013

LA DENT MAUVAISE ET LES MAINS LIBRES

LA DENT MAUVAISE ET LES MAINS LIBRES 1.Tiré de Paul Eluard : "ressembler de moins en moins à ses victimes"; "cultiver ce monde durable"; "garder le mouvement secret" (Paul Eluard / Man Ray, Les Mains libres, Poésie/Gallimard n°445, p.65, 76, 79). 2.Rapport à ce que l'assassin avait l'air de ressembler de moins en moins à ses victimes, Holmes en conclut que le pervers était polymorphe. 3.Soyons honnête, il est probable qu'on cultive un monde de moins en moins durable. Du reste, pourquoi voulez-vous tellement que ça dure ? ... [Lire la suite]
16 août 2013

NOTES SUR PAYSAGE D'AUTOMNE D'APOLLINAIRE

NOTES SUR AUTOMNE MALADE D'APOLLINAIRESource : Apollinaire, Alcools, Poésie/Gallimard. 1."Automne malade et adoréTu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraiesQuand il aura neigéDans les vergers"(Automne malade, vers 1-4)1a) Dès le premier vers, comment est considéré l'automne ? L'automne, on dirait une personne. Quelqu'un dont on voudrait prendre soin. Parce que "malade", parce qu'"adoré". Drôle d'investissement affectif que de s'éprendre de l'automne. Comme si on pouvait aimer le temps, cet assassin qui passe. Note : je... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE I

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 1.La femme rompant l'oeil s'est couchée sur le pont et trempe le fluide pilier de sa chevelure dans la rivière. 2.Quelque part, l'aiguille à tricoter le réel, plantée dans la pelote de terre. 3.Le loup blanc ferme ses yeux. Le voilà - à s'y méprendre - toile blanche. 4.En écartant le réel, on réveille un oeil originaire et très étonné. 5.Lorsque le fantôme lui-même abandonne le château, alors la songeuse... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE III

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IIIEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 31.La liberté est sans pudeur. Aussi lui fait-on la leçon. Elle n'en est que plus impudique. 32.Prenez garde, Mademoiselle, vos mains en veulent à votre cou. 33.Le temps est variable en genre et en nombre. C'est ce qui le rend insaisissable. 34.La plante oiselière a plus d'un bec dans sa tige. 35.Le train a déraillé du ciel, et Dieu en a été éjecté. 36.Le monde a plus d'un tour dans sa roue. 37.Du sable... [Lire la suite]

11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IV

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IVEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 46.La voilà défilée et qui vous apparaît soudain sous un autre masque. 47.La peur est nue et courbe le dos, et courbe la nuque, pendant que, cherchant quelque morceau de réel à emporter, le long du mur, passe l'ombre. 48.La plante artificière aime qu'on la fête. C'est alors qu'elle fait sauter ses belles bleues, ses belles vertes. Le lendemain du bal, on la jette. Alors, on sème quelques graines de patience, et... [Lire la suite]
07 août 2013

ET SI L'ON Y METTAIT DE LA COMETE

ET SI L'ON Y METTAIT DE LA COMETEDe quelques vers tirés des Derniers poèmes en vers et en prose de l'essentiel Max Jacob (Poésie/Gallimard). "Dans l'étroite langueur de l'horizon fermé j'écoute le rauque corbeau, le geai précipité dont l'aboiement strident halète : c'est une comète de cris."(Max Jacob, Dans le brouillard) 1."Un homme, homme perdu au milieu des arbres."(Max Jacob, "Mystique", in Derniers poèmes) Un bredouillant, un balbutiant, un désirant,Homme plein de silence Homme plein d'ombresPerdu l'homme dans tous ces êtres... [Lire la suite]
06 juillet 2013

DU BROUILLARD SE DISSIPANT

DU BROUILLARD SE DISSIPANTEn feuilletant Poésies III, Federico Garcia Lorca, Poésie/Gallimard n°30. Citations entre guillemets.  1."avec la ville endormie dans sa gorge." C'est surtout au niveau du clocher que ça doit bloquer. 2."la gourmandise de l'herbe" C'est qu'elle est gourmande, la verte, goulue des fois, faut le voir pour le croire les passants qu'elle glope, et les cavaliers donc, chevaux et sabres au clair. 3."les fausses coupes, le poison et la tête de mort des théâtres." Les fausses coupes aux fausses amitiésLe... [Lire la suite]
18 juin 2013

N'EST-IL RIEN QUE D'HUMAIN ?

N'EST-IL RIEN QUE D'HUMAIN ?En parcourant le recueil Vents, de Saint-John Perse, Poésie/Gallimard n°36. 1."N'est-il rien que d'humain ?" (Saint-John Perse, Vents, p.65) Il n'est rien que d'humain sans doute, puisque tout passe par son oeil, à l'humain, et puisque l'humain seul nomme et fait sens de toute chose. En dehors des noms est le lieu de l'innommé; en dehors de l'humain est le lieu de l'innommable : ce que l'on ne peut nommer, ce à quoi il n'est personne pour donner un nom. L'innommable est le véritable nom de l'être. 2.Ce... [Lire la suite]