11 octobre 2014

QUAND BIEN MÊME JE NE POUVAIS ET COMME SI JE DEVAIS

QUAND BIEN MÊME JE NE POUVAIS ET COMME SI JE DEVAIS 1.Depuis tout ce temps, ça n'a pas de sens; regarde-moi, j'agite ma cendre entre mes os. 2.Je t'aimerai toujours bien que je ne sois jamais et qu'entre mes côtes ne bat plus qu'une très lointaine flamme. 3.En vérité, je vous le dis, la flamme des enfers, c'est celle-là qui nous consume jour après jour, nous ride, nous dessèche, nous fume. 4.Je passe dans le mélancolique qui bruisse, feuilles d'où chutent des lutins qui volent nos âmes pour s'en faire des frondes. 5.Au vent le... [Lire la suite]

11 octobre 2014

JE ME SUIS FAIT LA BELLE TOUTOU TCHOUTCHOU

JE ME SUIS FAIT LA BELLE TOUTOU TCHOUTCHOU 1.La grande victoire du libéralisme, c'est d'avoir su faire du crétinisme une valeur marchande. 2.Quotidien des faits divers, inconséquences, sang versé... Le journal du matin est la bible du Diable. 3."Ma vie est démodée ainsi que les journauxD'hier"(Apollinaire, "Train militaire") 4.Façons d'être, vertiges plus ou moins contrôlés, des vies enfin cette mortelle impatience. 5.Serions-nous voués à l'absurde poisson des profondeurs ? Au monstre de tous les possibles ? 6."Nous marchons... [Lire la suite]
09 octobre 2014

MON ETOILE A PÂLI

MON ETOILE A PÂLI 1."Les amants vont mourir et mentent les amantes"(Apollinaire, "Ma Lou je coucherai") 2."Personne cependant n'envisage la mort"(Apollinaire, "Ma Lou je coucherai") 3.Personne... et cependant... se dit-il en marchant sur les oeufs noirs de ses points de suspension... 4.Cependant, pendant que, tandis que : des cimetières. 5.Des fois, je me sens aussi vieux que dans votre souvenir. 6."Regarde-moi c'est moi je ne suis pas un songe"(Apollinaire, "La ceinture" [La Muse]) 7."Regarde-moi c'est moi je ne suis pas un... [Lire la suite]
17 septembre 2014

QUI PAR LE FEU QUI PAR L'EAU

QUI PAR LE FEU, QUI PAR L'EAU "And who by fire, who by water, Who in the sunshine, who in the night time," (Leonard Cohen) 1.Brouille, floute, trouble, et brouillasse encore; il flotte sur nos carcasses. 2.Le "jouet de cet oeil" à Rimbaud, qu'on nous yoyote fantoche golem, qu'on nous voye, qu'on nous sidère, qu'on nous fascine. 3.Les Américains, zont maintenant des yeux et des oreilles plein les ciels et qui foudroient, ces yeux, qu'ce sont des drones en fait. 4.A quel mur donc font-elles écho mes paroles ? 5.Poussière... en... [Lire la suite]
16 septembre 2014

DEBLAYER LE PASSE

DEBLAYER LE PASSE 1.Puis encore que Puis décidément puis Le temps avance balayant les encore que les quoique n'admettant que les pendant que et les tandis que. 2.Sans reflet, comme il se doit quand on veut passer inaperçu, je m'avançais dans la rue, tel Fantômas quand il se déguise en ombre, son ombre, sa propre ombre, prompte à jaillir des murs pour foudroyer. 3.Si nos chevaux sont des châteaux, nous faisons cavalerie de nos remparts et c'est la belle au donjon qui hennit. 4.Si le feu est fait de voix, quel opéra qu'une cheminée... [Lire la suite]
08 juillet 2014

CHUTAPLA

CHUTAPLA 1.Et dire que j'vis près d'la mer sans jamais la r'garder. Va finir par se vexer, la mer, et un beau soir sonner à ma porte, la mer, et me cracher son écume à la figure. 2."Derrière tes cheveux il y a tes vitres; derrière tes vitres il y a ton air; derrière ton air il y a tes yeux; derrière tes yeux il y a ton nerfOptique."(Elise Antoine) 3.Impossible de se dupliquer... Malédiction !... Comment faire ?... Il se sentit vacillant... Avec tout ce qu'il devait, il n'avait plus qu'sa pomme, lui-même, unique, dans l'impuissance... [Lire la suite]

08 juillet 2014

TENANT UN MIROIR J'Y VIS DES NUEES

TENANT UN MIROIR J'Y VIS DES NUEESAmusettes autour de fragments tirés de "Aurora", de Michel Leiris, Gallimard, coll. L'Imaginaire. 1.Il y a cette phrase dans "Aurora" de Michel Leiris, où quelqu'un "tenait un miroir, où se reflétaient quelques nuages." Nous ne sommes donc que nuées. 2.Aussi dans le livre à Leiris, cette comptabilité des jours restants à vivre, "en comptant le nombre d'arbres qui le séparait de l'horizon". Ah ça à force qu'on s'fa appela vieille branche (faites pas attention à la conjugaison, j'ai du déglingou... [Lire la suite]
08 juillet 2014

TOUJOURS AVEC UN SENS IL EN PRESENTE UN AUTRE

TOUJOURS AVEC UN SENS IL EN PRESENTE UN AUTRE 1."Heureux si dans le trouble où flottent mes esprits"(Racine, "Iphigénie", IV,5, v.1319 [Agamemnon]) Car c'est toujours dans un vaisseau de brume, ou un char de trouble, que s'avancent les esprits flottants. 2."Un oracle toujours se plaît à se cacher.Toujours avec un sens il en présente un autre."(Racine, "Iphigénie", II,2, v.432-33 [Doris]) L'oracle est un dispositif polysémique. Il jette ses bouches à tout vent. 3. "Depuis quand pense-t-on qu'inutile à moi-mêmeJe me laisse ravir... [Lire la suite]
06 juillet 2014

EN LISANT JE SUIS DEBOUT

EN LISANT JE SUIS DEBOUT(amusettes sur des fragments de "Je suis debout", de Lucien Suel, La Table Ronde, février 2014) 1."nord" et puis "ciel d'acier". Quelque part ailleurs - pour moi une autre page - du "bleu adorable" : quel drôle de corps ! 2."cercueil volant", ô coucou vampire ! 3."B, bibelot aboli boum boum du big-bang"(Lucien Suel, "Qu'on sonne") Comme quoi, la consonne "b", elle joue bien d'la batterie ! 4."Les cauchemars de la vache" ? - P'têt' bin les trains qui déraillent ? Ou une grève illimitée des cheminots ? ... [Lire la suite]
06 juillet 2014

POUR MIEUX NOYER LE POISSON

POUR MIEUX NOYER LE POISSON AMUSETTES AUTOUR DE LA FETE DU POTIRON(cf Agatha Christie traduit par Claire Durivaux, "La fête du potiron", Club des Masques n°174) 1D'la mort à n'en rien dire... que du permis d'inhumer... A respiré pénible... A monté l'escalier s'exténuant... A s'était couchée... A passé dans s'définition. 2.Envolée... Vloho !... un soir... évanouie disparue fondue dans l'ailleurs... comme si la lune l'avait gobée. 3.Il pensa à c'te murderance perhaps à laquelle elle aurait assisté la gamine. A filer du secret, des... [Lire la suite]