06 août 2015

EST-CE QUE MA GUITARE EST UN ÂNE ELECTRIQUE ?

EST-CE QUE MA GUITARE EST UN ÂNE ELECTRIQUE ?   1. « VICTOR Général, votre sabre est rouillé et vous puez.   LE GENERAL Madame Paumelle, votre fils est perdu.   VICTORMaman, tu es enceinte d'un enfant mort. » (Roger Vitrac, « Victor ou les enfants au pouvoir », II,5)   2. Vitrac. Quoi donc « charme » et « dresse » les rivières ? Seraient-ce ces « plus belles femmes du monde dans leurs dentelles sanglantes ? »   3. Vitrac.... [Lire la suite]

14 juin 2015

FANTAISIE ASSEZ FARCE SUR UN PASSAGE DU RAYON « U » DE EDGAR P. JACOBS

FANTAISIE ASSEZ FARCE SUR UN PASSAGE DU RAYON « U » DE EDGAR P. JACOBS   « Mais à ce moment, surgit une patrouille et l'indien n'a que le temps de fuir... » (Edgar P. Jacobs, « Le Rayon « U », Les Editions Blake et Mortimer, 1999, p.31)   « Je reprendrais bien de la tarte aux pommes. » (La tante Eugénie le dimanche)   Mais à ce moment Je regarde le ciel il est tout blanc Qu'on dirait un chargement de coton Qui passe lentement lentement lentement Ce chargement De... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
10 mai 2015

TROIS CONTREVERS DONT UN SUR UN SONGE DE SAUCE

L'ECRITURE C'EST-Y BÊTE   L'écriture c'est-y bête d'y perdre tant d'temps Bête puéril pourtant je ne suce plus mon pouce depuis A trop faire l'ange oui quoi ses ailes y a plus nulle Plume dessus Plume Plume Plume font les jolies Qui font les chœurs elles sont jolies comme des Vous ai-je dit que j'aime regarder des films quand je Grignote ma cervelle et puis La vie passe la vie passe la Vie passe à travers ma carcasse.   CONCENTRATION VERTICALE   « Concentration verticale : elle réunit des... [Lire la suite]
11 mars 2015

PROPRIETE PRIVEE

PROPRIETE PRIVEE L'UN : Veuillez m'excuser si j'empiète sur une propriété privée. L'AUTRE : Vous dites ? L'UN : Je disais veuillez m'excuser si j'empiète sur une propriété privée. L'AUTRE : Ah… L'UN : Pardonnez ma pédestre outrecuidance. L'AUTRE : C'est vrai que vous avez de grands pieds. L'UN : Aussi ai-je l'air d'empiéter sur une propriété privée. L'AUTRE : Vous dites ça pour me flatter. L'UN : Euh… non, pourquoi ? L'AUTRE : Parce qu'en fait de propriété, seuls... [Lire la suite]
12 octobre 2014

PIPOBECQ EN PASSANT PAR PARADOXE

PIPOBECQ EN PASSANT PAR PARADOXE 1.Les footballeurs jouent au football. Les autres gens, non. Ils les regardent jouer ou ne les regardent pas. Tous cependant savent qu'ils existent. 2.L'araignée a huit pattes. Ce qui la classe dans les bipèdes à pattes supplémentaires. Elle ne joue pourtant pas de violon, fût-elle violoniste. 3.L'humain ne s'embête guère, il trouve toujours un moyen de se nuire. C'est ainsi qu'il tue le temps. 4.Les gens pressés, en fait, c'est le temps qu'ils pressent, compressent, dispersent et ils s'étonnent un... [Lire la suite]
08 juillet 2014

TENANT UN MIROIR J'Y VIS DES NUEES

TENANT UN MIROIR J'Y VIS DES NUEESAmusettes autour de fragments tirés de "Aurora", de Michel Leiris, Gallimard, coll. L'Imaginaire. 1.Il y a cette phrase dans "Aurora" de Michel Leiris, où quelqu'un "tenait un miroir, où se reflétaient quelques nuages." Nous ne sommes donc que nuées. 2.Aussi dans le livre à Leiris, cette comptabilité des jours restants à vivre, "en comptant le nombre d'arbres qui le séparait de l'horizon". Ah ça à force qu'on s'fa appela vieille branche (faites pas attention à la conjugaison, j'ai du déglingou... [Lire la suite]

07 décembre 2013

BRUISSE DE NUIT

BRUISSE DE NUIT 1.André Breton, "Hôtel des étincelles". Cette expression "papillon philosophique", c'est une ironie, non ? Un oxymore. 2.Plutôt que "papillon philosophique" [André Breton], moi je pense plutôt corbeau de plomb, et bien gros encore, hénaurrRrrme ! 3.Théâtres ambulants de nos pommes, blaséesDe nos rôles des fois, soliloquant quand même. 4.Quand on feuillette de la science, le monde semble soudain si logique, que c'en est à de se demander ce que nous faisons là. 5."Chaque femme au matin, peut avoir des airs de... [Lire la suite]
07 décembre 2013

A QUOI SERVENT LES PIANISTES

A QUOI SERVENT LES PIANISTES 1.André Breton, Premiers transparents. Commence par la notation toute simple de "Comment veux-tu" qui sent son quotidien et sa vie commune. 2.André Breton, Premiers transparents. C'est qu'il fait noir soudain cause "que les plombs sautent encore une fois." On n'y voit rien et on ne peut donc comprendre. 3."Qui marque le temps suspendu" [André Breton]. Les horloges ne marquent jamais le temps suspendu; elles n'enregistrent pas les passages des anges. 4.Une croyance répandue veut qu'au décès d'une... [Lire la suite]
11 novembre 2013

CHORUS

CHORUS Chorus : "En jazz, improvisation sur la durée du thème." (Le Robert, 1997). 1.Le coq dresse sa crête de vieille lézarde tandis que la poule a l'air de vouloir pondre par votre bouche. 2.Le mur rapproche les lèvres de la passante qui, de son index vertical, vous recommande le silence. 3.L'orage ouvre sa mâchoire d'éclairs. 4.L'assassin siffle en secret ses menaçantes serinades. 5.La voyageuse, légère, frisotte. 6.Les poules du couvent couvent, et soupirent. 7.La flûte, parfois, rappelle qu'elle est la fille fêlée du... [Lire la suite]
11 août 2013

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE I

DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE IEn lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.Légendes. 1.La femme rompant l'oeil s'est couchée sur le pont et trempe le fluide pilier de sa chevelure dans la rivière. 2.Quelque part, l'aiguille à tricoter le réel, plantée dans la pelote de terre. 3.Le loup blanc ferme ses yeux. Le voilà - à s'y méprendre - toile blanche. 4.En écartant le réel, on réveille un oeil originaire et très étonné. 5.Lorsque le fantôme lui-même abandonne le château, alors la songeuse... [Lire la suite]